Pour que l’Eglise catholique change de regard et d’attitude à l’égard des personnes handicapées ayant une vocation et qu’elle les accepte dans ses communautés religieuses.

Objectif : Faire réfléchir l’Eglise
25 juin, 2009, 11:49
Classé dans : catholique,handicap

Article à l’intention des religieux.  

 

 L’objectif de ma démarche est de faire réfléchir l’Eglise afin que celle-ci change son regard sur les handicapés. Elle ne peut prêcher l’accueil de la différence et mettre ses vocations handicapées à l’écart. Elle a tout à gagner à nous intégrer, car là Elle sera vraiment témoin de l’Amour de Dieu.  Agir autrement la discrédite, mais surtout est un contre témoignage des valeurs dont Elle se veut être témoin et faire ainsi du tort à Dieu. Accueillir les ouvriers que Dieu envoit, c’est l’accueillir Lui-même.    Pour cela j’utiliserai tous les moyens qui me seront possibles afin d’obtenir un changement des mentalités. Ce blog est l’un de ces moyens…

1/ Ce texte a été adressé le 15 septembre 2009 aux Carmels avec lesquels j’ai eu contact, mais il est également valable pour l’ensemble des religieux étant donné qu’une très large partie de l’Eglise refuse les handicapés dans ses communautés.

 

Objectif : Faire réfléchir l'Eglise dans catholique doc textepourlescarmels.doc

 

2/ Aux religieux qui me reprochent ma démarche, en disant que cela discrédite l’ensemble de l’Eglise alors qu’il y a du bon, je les invite à lire  l’article : ne pas oublier le positif.

 

Il est difficile de séparer le bon grain de l’ivraie dans ce type de démarche.  J’essaye de prendre des précautions pour que l’opprobre ne rejaillissent sur les bons, mais ce ne sera pas facile.

Si vous avez peur qu’en mettant cela au grand jour cela fasse scandale. Pourquoi n’avez-vous jamais dit à tous ces gens de changer d’attitude ?

Inévitablement un jour ou l’autre cela devait se savoir.

 

 

Que l’Eglise qui se sente accusée à tort interpelle ceux qui lui font du tort.

Car je ne suis que la victime. Ce n’est pas de moi que vient le scandale, mais de ceux qui ont agit ainsi.


Un commentaire
Laisser un commentaire

  1. senalaetitia

    encore moi,
    je viens de lire le reste de vos articles et je crois que j’avais mal saisi votre démarche. pour moi, ce serait trop dommage que vous gaspilliez tant d’énergie à vous rendre justice. Dieu Lui-même vous justifiera le jour choisi. rappelez-vous les béatitudes. nous sommes bienheureux pauvres, persécutés, affligés… tapez à la porte de tous les monastères, vous trouverez bien un endroit. mais être dans un monastère où toutes les religieuses sont handicapées, même si ça ne vous apporte pas, ça peut LEUR apporter puisque vous êtes alors moins handicapées qu’elles. je crois que si vous êtes vraiment appelée à la vie contemplative, votre âme ne saura trouver de repos tant que vous ne vivrez pas de cette vie. pour moi, il est nécessaire que vous ne vous fermiez aucune porte. en plus, même sans handicap, après 30 ans les communautés se tâtent beaucoup pour accueillir des vocations parce que le caractère n’est pas aussi docile que dans les jeunes années et on a plus de mal à supporter ne serait-ce que l’autorité de la supérieure. si ma voix est audible, je vous en prie, ne vous privez pas de jouir de la vie contemplative au prétexte que vous auriez préféré tel ordre plutôt que tel autre. j’ai une fois appelé un Carmel et on m’a dit refusée sans que je n’aie de lourd handicap. on m’a refusé parce que j’ai été malade d’un mal incurable et j’en ai été guérie par les mains d’un prêtre, par la seule miséricorde de Dieu. mais dès que j’ai dit ça, j’ai sentie que la soeur a tiqué. elle a omis de me rappeler comme convenu et c’est moi qui l’ai rappelé et elle m’a dit que c’était impossible à cause de mon passé. ça m’a blessée parce que cela signifiait en même temps qu’elle ne croyait pas mon témoignage ; ça m’a blessée qu’une religieuse doute que le même Jésus qui a guéri des malades durant son ministère sur terre, qui a guéri des malades par les mains des premiers apôtres, guéri encore des malades aujourd’hui par les mains des prêtres. et c’est vrai qu’en France la foi n’est plus si vive que dans les premiers temps parce que le rationalisme détint aussi sur l’Eglise et il y a la peur d’être méprisé si on croit à ces choses-là. cependant, pour ça, il faut prier, il n’y a rien d’autre à faire. pour en revenir à l’affaire qui nous intéresse, la religieuse essayait de me rassurer mais je lui ai dit que je recherche la volonté de Dieu et que j’avais prié avant de l’appeler que sa volonté soit faite et que j’accepterai comme sa volonté tout ce qu’on me dirait. je n’ai pas gardé de tristesse pour cela. je sais qu’avec le passé que j’ai, il se peut que j’essuie beaucoup de refus c’est pour cela que je présente, en même temps que mon désir, ce « handicap ». une amie qui est rentrée comme postulante il y a peu dans un ordre contemplatif, me l’a reproché en me disant que je me ferme la porte et empêche la grâce. mais moi, je veux être là où Dieu me veut et je ne veux pas avoir à user de stratégies. je dis au Seigneur, « c’est Toi qui m’a appelée, de moi même je ne peux désirer une telle chose, Seigneur, c’est par ta grâce et pour ta gloire, que tout arrive selon ta volonté ». et j’ai dit au Seigneur « la première communauté qui m’accueillera, j’y resterai ; montre-moi l’endroit où tu me veux ». à partir de là, je suis certaine qu’il ne permettra pas qu’une autre communauté que celle où il me veut m’accueille avant celle-là. la vocation, c’est Dieu qui nous y appelle. il faut le laisser parfaitement libre en émettant aucune réserve de notre volonté, sinon sa volonté ne peut s’accomplir parfaitement en nous.
    beaucoup de courage à vous et surtout priez sans vous lasser et que votre action et votre prière marchent ensemble.
    bonne préparation à la fête de Noël. j’espère qu’à cette occasion, la visite du Verbe sera pour vous le commencement d’une vie toute livrée au service du Seigneur, comme celle de Marie. méditer les mystères de l’incarnation -surtout les trois premiers mystères joyeux- nous aide beaucoup à accueillir l’appel à la vocation. nous devons l’accueillir dans l’humilité, comme Marie. c’est là, quand le coeur est tout abaissé, quand nous sommes remplis d’humilité, dans le secret de nos silences, de nos méditations, que le Verbe peut germer. car c’est l’humilité de Marie qui a attiré le Seigneur sur notre terre ; le Seigneur ne sait rien refuser aux âmes humbles. je suis certaine que si vous vous appliquez à ces dispositions et tenez ferme dans la prière, Celui qui vous a appelée vous montrera ce qu’il veut de vous, où il vous veut et vous saurez répondre comme Marie « voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon votre parole ». bon temps de l’Avent.



Laisser un commentaire

Partageons Christ |
koki |
EGLISE DE DIEU Agapè Intern... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | UNION DES EVANGELISTES INTE...
| bornagain
| وَلْ...